Culture, Faire plaisir

Théâtre – FLORENCE MULLER MENE LE BAL !

Quel plus beau jour pour une mère que celui de marier son fils, l’aîné qui plus est ? Dans les faits sûrement. Mais pas pour Geneviève, qui le fait contre son gré. Lors d’un mariage, il y a toujours des débordements. Geneviève, la « ni jeune ni vielle » va être le chef d’orchestre de cette journée fantasque où « tout le monde devrait faire un effort par rapport à d’habitude pour avoir un bon souvenir du moment partagé ».

De la photo de famille après la mairie, à l’union à l’église jusqu’à la soirée avec la pièce montée, les masques de la bourgeoise tombent. Son trop plein d’émotion l’a fait passer d’un sentiment à un autre. La discrète mélancolique fait place à la versatile qui règle ses comptes avec sa famille névrosée dans un jeu de questions/réponses. Avec son mari qui ne fait plus face, avec son jeune fils Jonathan qui ne finit pas ses mots, avec sa belle-fille, cet iceberg à la dérive et avec le beau-père, l’omelette norvégienne.

Elle libère ses états d’âmes et son cœur d’enfant. Une journée contrastée à l’image de sa vie bercée de désillusion où « tout finit par s’arranger … même mal ». « Le bonheur, c’est comme une mayonnaise. Il faut le faire monter. Ce n’est pas gagné. Il faut se battre pour qu’il ne tourne pas vinaigre ».

Alors, vive les mariés !

Avec Florence Muller, c’est Avignon avant l’heure ! Seul en scène burlesque et fantasmagorique, quelque fois sombre dans son émotion, « Emportée par mon élan » est un cliché de famille kitschissime, touchant sous certains angles, à l’humour so british et aux airs de douce folie qui peut surprendre, mis en scène de façon décalée et originale par Julie-Anne Roth, en collaboration avec Christian Hecq de la Comédie Française.

Daphné Victor

Visuels James Weston