Culture

CHICAGO – LE MUSICAL

RappelMaurine Dallas Watkins, journaliste au Chicago Tribune, inspirée par un fait divers réel survenu en 1924 (deux femmes accusées chacune respectivement d’un meurtre et finalement acquittées) passa, grâce à Bob Fosse, John Kander et Fred EBB, du théâtre à la comédie musicale et l’amenèrent sur la vague du succès qui à ce jour ne se dément pas : 35 pays, 12 langues, 31 millions de spectateurs, à Broadway depuis 22 ans !!!!

L’histoire : « Roxie Hart, chanteuse de cabaret, tue son amant qui voulait la quitter. Son mari, Amos Hart, qui l’adore, déclare être le meurtrier. Mais revirement quand il apprend que le mort était l’amant de sa femme. Roxie Hart se retrouve dans la prison de Cook County et risque la pendaison. Elle fait connaissance de Velma Kelly chanteuse Jazz qui est son idole; mais qui a tué également. Velma Kelly est défendue par Billy Flynn, célèbre avocat véreux, qui se fait payer cher et qui utilise et manipule les médias. Roxie va demander à Billy de la défendre. Billy très « gourmand » lui demande 5000 dollars et pose comme condition essentielle : qu’elle lui obéisse totalement, telle une marionnette. Finalement, Roxie et Velma seront acquittées et chanteront en duo dans un cabaret ».

Les danseurs – tous exceptionnellement performants – sous la direction de la célèbre Ann Reinking – évoluent dans une chorégraphie synchronisée, originale, débordante de sensualité.

Roxie est superbement blonde, sensuelle, hilarante, manipulée comme une marionnette, assise sur les genoux de Billy – expressions du visage et mimiques étonnantes.  Velma, magnifiquement brune, sensuelle, percutante. Sofia Essaïdi, de comédie musicale en comédie musicale, évolue vers une belle maîtrise de son art.

Billy malicieux avocat, charismatique, une voix fantastique, imbattable dans la cupidité et habile dans l’art de manipuler les gens…

La Mama Matron, personnage haut en couleur, aime ses prisonnières à sa façon : « Si tu donnes à Mama. Mama donne à toi». Elle installe le système « donnant donnant »- remarquable duo avec Velma assise toutes les deux et chantant « Ya plus la classe ». Amos Hart, « Monsieur Cellophane », invisible mais amusant. A noter l’étonnant jeu des mains gantées de blanc. Mary Sunshine (la journaliste sensible) étonnante et plaisante V .Petersen dont la voix monte plusieurs octaves !

L’orchestre, (14 musiciens) sur scène, en occupe une bonne moitié (les danseurs devant faire des prodiges pour évoluer sur l’autre moitié !).

Les éclairages alternent du bleu – qui plonge la scène dans une ambiance douce et feutrée  – aux lumières intenses qui dévoilent en détails personnages et décors.

Au total pas moins de 20 tableaux qui se succèdent avec fluidité et dextérité.

Les costumes sont majoritairement noirs : Chapeaux melon, pantalons et chemises moulants pour les hommes, smoking impeccable pour Billy, juste aux corps, collants à résilles, mini robes pour les femmes, coiffures plaquées ou crantées et pour le final,   redingotes très classes pour Roxie et Velma.  Certaines scènes sont irrésistibles. A retenir le fameux « Tango des taulardes » : Les six prisonnières racontent en dansant autour de leur chaise pourquoi elles sont là « Il s’est jeté 10 fois sur mon couteau !.. » « Il avait 6 femmes !… », et le tableau où Roxie sur les  genoux de Billy, la manipule telle une marionnette – excellente partie de mime de Carien Keiser !

Pour assurer la meilleure prestation à ce spectacle, la production s’est montrée exigeante dans la sélection de l’équipe. Le casting offre une palette d’artistes maîtrisant parfaitement le chant, la comédie et la danse – et s’est construit sous la responsabilité de Rabah Aliouane. L’orchestre est dirigé par l’excellent Dominique Trottein et Rob Bowman s’est personnellement déplacé pour superviser. Quant aux danseurs ils ont eu le privilège de travailler avec Ann Reinking, qui reprit en 1996 le rôle de Roxie Hart et remporta le Tony Award de la meilleure chorégraphie.

Stage Entertainment a réussi son challenge  en lançant une fois de plus un défi : Monter au théâtre Mogador cette célèbre comédie musicale : CHICAGO en français !

Le spectateur quitte la salle ébloui, heureux, certains s’aventurant même à fredonner quelques airs et tout juste s’ils n’esquisseraient pas quelques pas de danse ! Surtout…surtout… n’hésitez pas !

Au total 25 Artistes. Metteure en scène résidente : Véronique Bandelier

Adaptation française : Nicolas Engel : Livret de Fred Ebb et Bob Fosse

Chef d’orchestre : Dominique Trottein : Superviseur musical : Rob Bowman Chorégraphie : Ann Reinking  Lumière: Ken Bellington

Costumes: William Ivey Long

 Dans les principaux Rôles 

Carien Keizer (Roxie Hart) doublures : Salomé Dirmann – Marianne Orlowski –Sofia Essaïdi (Velma Kelly) doublures : Fanny Fourquez – Fleur Jagt – Jean-Luc Guizonne (Billy Flynn) doublures : Loïc Marchi –Alain Tournay – Sandrina Seubille (Matron Mama Morton)  doublures : Melina Mariale – Dorit Oitzinger – Pierre Samuel (Amos Hart) doublures : Clément Bernard-Cabrel –Vivien Letarnec – V.Petersen en alternance avec A Conquet (Mary Sunshine)

Crédit photos : Stage Entertainment

Yolande Valentin

Tagged