Culture

SHERLOCK HOLMES ET LE MYSTERE DE LA VALLEE DE BOSCOMBE

 Qui a tué réellement Mac Carthy ?

Qui ne connait pas le célèbre Sherlock Holmes et son acolyte le Docteur Watson ? Combien de films, téléfilms, séries n’ont été tirés des nouvelles du prolifique Conan Doyle ? Mais voici ici une nouvelle version follement sympathique de Christophe Delort qui va ravir petits et grands.

A noter, avant tout le parcours original de cet artiste Avignonnais, ancien pompier volontaire qui fit des études pour être officier et qui finalement se dirigera vers l’artistique mettant plusieurs « cordes à son arc » : comédien – humoriste – adaptateur – metteur en scène – auteur  (entre autre pour la série Télé Nos Chers voisins).

Dans cette adaptation Christophe Delort sort des sentiers battus et nous offre une peinture différente du célèbre détective : un homme drôle, qui aime le violon et toutes sortes de drogues (la vraie… comme les autres) mais surtout un sens de l’observation implacable obéissant à une logique irréfutable.

Que se passe-t-il dans cette vallée de Boscombe ? L’action se situe en 1888. Un homme a été tué : Charles Mac Carthy. Tout laisse à penser que c’est son fils James qui serait le meurtrier. C’est ainsi que Sherlock Holmes et son dévoué collaborateur et néanmoins ami, le Docteur Watson vont se plonger dans une minutieuse enquête pour trouver le vrai coupable.

Le spectacle commence comme dans un western : une attaque de chariot !!!!

Un sac disparait – ce qui va constituer un des éléments – parmi bien d’autres – au dénouement de l’intrigue.

Ce spectacle est admirablement interprété par trois comédiens (deux hommes et une femme) qui endossent avec brio pas moins de neuf personnages tous aussi passionnants les uns que les autres : un Sherlock très décontracté  – un Dr Watson pas des moins drôles !

Un garde-chasse, Monsieur Cronder – un Policeman – Alice Turner, une jolie voisine de Mac Carthy qui demandera à Sherlock d’enquêter car elle ne croit pas à la culpabilité de James qu’elle connaît depuis l’enfance – Morring, une gamine légèrement « simplette » – la servante de Mac Carthy à l’accent à couper au couteau » vraiment irrésistible – un médecin légiste particulier – un juge plutôt « allumé », qui use sans cesse du marteau et coupe la  parole aussi bien à l’ avocat qu’à l’accusé.

Tout ce petit monde s’agite dans une mise en scène très bien rythmée, jouant de l’interactivité avec le public – puisqu’il doit donner son avis –  ce qui ajoute  encore plus de piment à l’histoire. Certaines scènes sont vraiment inattendues et joyeuses comme celle d’un comédien, dans les coulisses, qui a tout juste le temps d’endosser un autre costume pour jouer un autre rôle et arrive avec un temps de retard sur la réplique de celui qui est sur scène ! Ouf ! Rires assurés !

Un très bon point….Décors et costumes qui restituent avec justesse cette Angleterre du XIXème siècle.

Précisons que la pièce qui a débuté au théâtre de la Contrescarpe en juillet 2017 s’est retrouvée 2 mois après au théâtre du Gymnase puis au Splendid et se produit en Avignon avec une autre équipe !

Auteur : Arthur Conan Doyle  – Adaptation : Christophe Delort

Metteur en scène : Christophe Delort assisté de Christophe Auzolles

Avec en alternance :
Sherlock Holmes : Christophe Delort ou Julien Cheminade,
Docteur Watson   : Henri Rizk ou Karim Wallet ou Benjamin Batini
Miss Turner          : Charlotte Gachon ou Émilie Litzellmann ou Sidonie Groignet ou Mathilde Ulmer

Photos : DR

 

Théâtre « Le Grand Point Virgule »

8, Bis Rue de l’Arrivée 75015 Paris

 Réservation : 01 42 08 21 93 

 www.legrantpointvirgule.com

 Vendredi à 19H –  Samedi à 18H – Dimanche à 16H

 

Yolande Valentin

Tagged